A la cave

 

Le raisin est rentré, le travail se fait maintenant à la cave. Ici pas de coup de pompe, on travaille par gravité. Rien de grave au contraire, puisque le jus de raisin va naturellement descendre jusqu’aux barriques… après quelques étapes préalables.

 


Pour les blancs et les rosés :

– le pressurage : doux, lent et adapté aux raisins, pour ne garder que du fruit et des arômes nobles.
– le débourbage : petite pose de 18 heures maximum pour ce jus fraichement pressé. Le temps de lui ôter les plus grosses impuretés… sans enzymes bien sûr.

 

Pour les rouges (quand nous en faisons) :

– la macération : carbonique, si les raisins le permettent, pour en extraire du fruit et de la fraicheur.

 

 

Puis vient l’entonnage : le jus rejoint son dernier nid… des fûts de 225, 400 et 600 litres, âgés de 0 à 10 vins. Nous prenons soin que chaque parcelle d’origine soit isolée.

 

 

« Chez nous pas de cuisine à la cave ! Nous laissons nos vins se faire naturellement sans utilisation de produits oenologiques. Juste un peu de soufre et juste ce qu’il faut ! » Lise

Les fermentations peuvent commencer. Seules les levures indigènes, naturellement présentes sur nos raisins, ont droit de cité. Elles sont l’âme de nos vins car elle leur transmettent leurs origines : un terroir et un millésime. La barrique permet au vin de grandir lentement, dans un échange mesuré avec l’air. Nous ne souhaitons surtout pas boiser nos vins, c’est pourquoi nous mélangeons la taille des contenants et l’âge des fûts dans nos différentes cuvées.

 


Combien de temps ? Et bien même si nous avons nos idées, ce sont les vins qui décident et chaque année est différente… alors… !